Amnesty pour la gratuité des soins des couches vulnérables

Publié le mercredi 16 mai 2012

Amnesty international et ses partenaires Help, Terre des Hommes, Médecins sans frontière… ont organisé un atelier sur la levée des barrières financières des soins des femmes, des enfants de moins de 5 ans et les indigents. Le thème de la rencontre était : « L’exemption du paiement des soins comme stratégie d’accès universel au droit à la santé ». L’organisation a réuni une vingtaine de personnes à Ouagadougou le 5 mai dernier. Pour Christian Ouédraogo de Amnesty, l’objectif de cet atelier est de discuter avec les professionnels de la santé sur la stratégie à mettre en oeuvre pour la levée des barrières financières des soins des couches vulnérables au Burkina. Cela fait suite au rapport publié en janvier 2010 dont l’intitulé était : « Donner la vie, risquer la mort. Combattre la mortalité maternelle au Burkina Faso ». Dans ce document, des situations éprouvantes que des femmes ont vécues pendant l’accouchement sont décrites. Du manque de moyen de locomotion aux difficultés de payer une ambulance pour rallier la maternité d’une bourgade à un hôpital sont autant de situations que les femmes de condition modeste vivent selon le constat fait par les enquêteurs de l’ONG de droits humains Amnesty international. A ce sujet, en février 2009, le secrétaire général par intérim d’Amnesty, Claudio Cordone accompagné d’une délégation avait rencontré le Président du Faso qui s’était engagé à lever tous les obstacles financiers liés aux soins obstétricaux d’urgence et à l’accès à la planification familiale dans le cadre de la stratégie de lutte nationale contre la mortalité maternelle. M. Cordone s’était exprimé en ces termes : « La levée des barrières financières aux soins obstétricaux d’urgence, liée à l’amélioration de la qualité des soins et à un meilleur accès à la planification familiale réduira de manière importante le nombre de décès des femmes enceintes et les complications liées à la grossesse ». Il avait ajouté que : « Toute femme a droit à la vie et à la santé. Les décès maternels sont évitables et aucune femme ne devrait mourir alors qu’elle cherche à donner la vie ». Cet atelier d’échange et de diffusion des résultats de recherche dans le domaine de la levée de la barrière financière est organisé pour engager les praticiens et autres acteurs qui interviennent dans le secteur de la santé dans le cadre d’un plaidoyer au niveau national. Ce plaidoyer a pour objectif de convaincre les autorités, notamment les élus nationaux et les membres du gouvernement à prendre cette problématique de la levée des barrières financières des soins des indigents à bras le corps. Les organisateurs de l’atelier se disent satisfaits de la rencontre. Parce que les acteurs intervenant dans le domaine de la santé sont favorables à l’accès plus étendu des vulnérables à la santé primaire.

 

Merneptah Noufou Zougmoré

 


Commenter l'article (3)