Les 100 Premiers Jours du Président Kaboré : Roch satisfait de l’action de son gouvernement

Publié le mardi 10 mai 2016

Le président du Faso était face à la presse le dimanche 3 avril 2016 à Bobo-Dioulasso. Ce point de presse qui est un premier du genre depuis l’élection de Roch Marc Christian Kaboré à la tête de l’Etat, a été une occasion pour le Président d’échanger avec les hommes de médias sur les questions d’actualités nationale et internationale.

Les échanges entre le Président du Faso et les hommes de médias ont constitué une occasion pour les deux parties de passer en revue les 100 premiers jours de Roch Marc Christian Kaboré au sommet de l’Etat. Même si pour le Président du Faso « 100 jours pour un gouvernement n’est pas significatif pour tirer les tendances de développement d’un pays », il reconnait tout de même que les bases sont en train d’être posées pour la suite de son mandat. En 100 jours donc, les sillons ont été posés. Des sillons qui doivent permettre à l’administration Roch de déployer en 2017 la politique qu’elle veut mettre en place. Pour le président du Faso, « cette année sera certainement une année de mise en route » parce qu’ils héritent d’un budget qui n’est pas le leur et qu’il faut transformer pour essayer de le rapprocher de leurs objectifs en attendant leur budget qu’ils vont voter en 2017. Qu’à cela ne tienne, des efforts sont tout de même faits pour donner aux Burkinabè de meilleures conditions de vie. Sur le plan politique, en 100 jours le nouveau pouvoir a lancé la mise en place des commissions institutionnelles devant déboucher sur l’avènement de la Vème République « appelé par les vœux de l’ensemble de tous les Burkinabè et par l’ensemble de la classe politique » à en croire Roch Marc Christian Kaboré. Cependant, sur le plan économique le premier trimestre du mandat du Président Roch a été consacré à la rectification du budget 2016 voté par le Conseil National de la Transition avant leur départ. Il faut noter que ledit budget comportait des lacunes parce que omettant un certain nombre d’éléments comme la subvention de la filière coton par l’Etat. Il fallait aussi procéder à la réorganisation du secteur minier pour éviter des crises sociales.

Le mandat d’arrêt contre Guillaume Soro toujours en vigueur
Les efforts s’étendent également aux autres secteurs tels que celui de l’éducation et la santé où des actions seront menées au cours de 2016. En ce qui concerne le primaire, il est prévu de travailler à mettre fin aux écoles sous paillotes, avec à la clé la construction de près de 1000 classes en remplacement des écoles sous paillotes en 2016. Au cours de cette même année, l’Etat compte procéder à un rééquilibrage des écoles entre les zones favorisées et celles défavorisées en termes d’infrastructures scolaires. Il y aura la construction de nouvelles classes au nombre de 2 400 pour l’année 2016, 200 CEG et 80 lycées.
Sur le plan sanitaire, l’Etat veut former 139 médecins et pharmaciens spécialistes et recruter plus de 16 000 agents communautaires de santé. C’est le programme de société du candidat Roch March Christian Kaboré qui est ainsi lancé. Par ailleurs, les attaques terroristes et le déploiement du groupe d’intervention de la gendarmerie (GIGN) française à Ouagadougou, l’annulation du décret de nomination du général Zida comme ambassadeur du Burkina Faso aux Etats-Unis, le dossier du putsch manqué et des écoutes téléphoniques, ou encore les Koglwéogo et la situation des militaires radiés se sont également invités lors des échanges avec le Président du Faso.
Et ce qu’il faut retenir, c’est que jusqu’à preuve du contraire, le mandat d’arrêt contre le Président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro reste en vigueur. Même si le Chef de l’Etat privilégie toujours la voie diplomatique pour résoudre cette question.

Wend-Tin Basile SAM


Commenter l'article (0)