Hydrocarbure Vivo Energy s’installe au Burkina

Publié le mercredi 16 mai 2012

 

Shell est-elle partie d’Afrique ? Non, à en croire les responsables de Vivo Energy qui disent opérer sous la marque mondiale Shell. Shell vivrait désormais en Afrique à travers Vivo Energy qui intègre le groupe vitol et helios. Quatre (4) sociétés en Afrique sont sous la bannière de Vivo et exploitent le label Shell. Il s’agit des entreprises Shell de Côte d’Ivoire, du Burkina et de Guinée, ainsi qu’Africa Downstream Oil Products, qui est la société exploitant le personnel de Vivo Energy basée en Afrique du Sud. Ce partenariat est désormais officiel depuis le 1er mars 2011, mais cette transaction entre Shell, Vitol et Hélios, les nouveaux partenaires de Vivo Energy s’est faite le 27 avril dernier au Burkina Faso. L’hôtel Laïco a servi de cadre pour la cérémonie de lancement. Le Directeur Général de Vivo Energy au Burkina Silmiraogo Nabalma a salué ce partenariat qui, selon lui, vise à insuffler un dynamisme nouveau à Shell pour permettre d’être à la hauteur des attentes des clients. Selon le Directeur Général de Vivo Energy, Christian Chammas : « Vivo Energy exploitera la célèbre marque Shell, le capital humain et les actifs matériels actuellement en place. Vivo Energy investira dans ces atouts et les développera afin de pouvoir prétendre à devenir l’entreprise d’énergie la plus respectée en Afrique ».

L’entreprise investira dans les principaux marchés africains pour une croissance durable tout en continuant d’être leader en matière de sécurité et d’environnement. Vivo Energy poursuivra donc les mêmes standards de qualité en mettant plus l’accent sur l’expérience client. Elle compte donc réviser la manière dont les services se faisaient dans les stations pour s’orienter vers la recherche de la satisfaction du client. Ainsi la culture de la performance sera promue. Vivo Energy signifie vivant, les couleurs du logo et les éléments graphiques reflétant le dynamisme et les couleurs de l’Afrique. Vivo Energy exploitera plus de 1 300 stations-service à travers l’Afrique sous la marque Shell et aura accès à environ 1,2 million de mètres cubes de stockages. Shell and Vivo lubrifiant disposera d’une capacité de mélange d’environ 120 000 tonnes métriques, produisant les lubrifiants de la marque Shell dans des installations implantées dans sept pays. Vitol et Helios détiennent chacune 40% de Vivo Energy, alors que Shell en détient 20%. Il faut cependant souligner qu’une polémique est née sur la véritable identité de Vivo Energy. Les travailleurs de l’ex Shell contestent en effet la présentation qui a été faite par les responsables de la nouvelle société lors de la conférence de presse du 2 mai. Pour eux, Shell serait partie définitivement du Burkina et ne posséderait aucune action dans Vivo Energy. Ils ont apporté la preuve constituée d’un PV du conseil d’administration de Shell approuvant la vente totale des actions de Shell à Vivo Energy : les 20% de Shell sont des actions appartenant à une autre société, en l’occurrence Plateau holding dans laquelle Shell est seulement actionnaire. Que Plateau Holding participe au capital de Vivo ne signifie pas que Shell est dans le capital de Vivo Energy, affirme un délégué du personnel. Cette duperie vise, selon un représentant des travailleurs, à éviter l’application par Shell du protocole d’accord qui l’engage. D’ailleurs, la chambre sociale de la Cour d’appel vient de rendre sa sentence ce 9 mai, en statuant au fond, que « l’article 1er du protocole d’accord de séparation signé entre Burkina et Shell et ses travailleurs trouve pleinement à s’appliquer ». Affaire à suivre n

 

Michaël Pacodi

pacomik@yahoo.frmailto:pacomik@yahoo.fr


Commenter l'article (1)