Chaîne de lumière pour les victimes du 15 janvier

Publié le jeudi 18 février 2016

Une soirée d’hommage aux suppliciés de l’attaque terroriste contre Cappuccino et l’hôtel Splendid a eu lieu ce samedi aux environs de 19 h sur l’avenue Kwamé N’Krumah. Plusieurs nationalités ont, par cet acte, exprimé leur refus de vivre dans la terreur jihadistes.

Des gens de toutes conditions sociales et de races différentes, des jeunes et des vieux, des personnes handicapées sur leurs tricycles. Parmi eux des personnalités politiques, des leaders de la société civile, des artistes comédiens, des musiciens. Ils sont nombreux ce soir pour marquer leur compassion aux victimes de l’attaque du 15 janvier et surtout dire non au terrorisme. L’hommage a commencé par une marche silencieuse rythmée de battements de tambours. Les marcheurs, vêtus de blanc, tiennent des bougies allumées. Sur les teeshirts on peut lire : «  Je suis Splendid  », «  Je suis Cappuccino  ». Les visages frappés de mélancolie laissent transparaître un mélange de compassion, de tristesse et de révolte. La compassion pour les victimes, la révolte contre les sordides actes terroristes. La marche se passe sous la vigilante surveillance des forces de sécurité déployée en nombre considérable. Les marcheurs s’immobilisent sur les lieux de l’attaque, entre le café Cappuccino et l’hôtel Splendid. La carte du Burkina y est dessinée à l’aide des tasses à café. A côté, le drapeau national. Danses folkloriques, déclamations de poèmes, Slam et chants funèbres ponctuent la soirée. Du café est servi aux marcheurs comme signe de refus de la résignation.
Dans la foulée, des personnes viennent témoigner de la manière dont elles ont vécu le drame. Gilbert Noël, un des leaders politiques burkinabè présents prend la parole et salue l’initiative avant d’inviter les uns et les autres à s’unir contre la terreur. L’événement a pris fin avec la signature du livre de condoléances par les marcheurs.

Hamidou TRAORE


Commenter l'article (0)