Attaques de Ouagadougou : Une prise en charge médico-psychologique pour les personnes touchées

Publié le jeudi 18 février 2016

Une cellule d’urgence médico psychologique a été mise en place dès les premières heures de l’attaque pour prendre en charge les personnes qui ont été en contact soit directement ou indirectement avec cette situation. Des cellules qui sont à pied d’œuvre pour remonter le moral des personnes directement ou indirectement affectées.

«  J’étais à une réunion au 4è étage lorsqu’ils sont arrivés aux environs de 19h30. Et ils ont commencé à tirer à l’arme lourde. J’ai pu voir deux djahadistes qui ont arrosé la porte d’entrée avant de rentrer (…) Il y avait beaucoup de blessés dans notre salle  » témoigne Clément Mano, entrepreneur. Un autre rescapé qui a requis l’anonymat, explique qu’«  ils [les assaillants, ndlr] sont entrés et nous ont demandé de nous coucher. Ils tiraient sur tous ceux qui osaient lever la tête  ». Des témoignages1 qui dénotent de l’atrocité des événements, jamais vécus au Burkina Faso. Quoi de plus normal que de voir des victimes et témoins traumatisés après avoir vécu de longues heures de violence. Ainsi donc, dès les premières heures de l’attaque, instruction est donnée par la hiérarchie médicale pour la mise en place d’une cellule médio-psychologique au centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO). Cette cellule a pour mission d’assurer un accompagnement psychologique et psychiatrique à l’ensemble des victimes des attaques. Le travail est vite organisé de manière à pouvoir répondre à toutes les sollicitations. C’est ainsi qu’un détachement de la cellule mère du CHU-YO est affecté au centre de conseils, services pour jeunes et médico scolaire du secteur 52 à la Patte d’oie pour prendre en charge toutes ces personnes qui vivent une situation traumatique suites aux drames vécus.
Sauf qu’à la Patte d’oie, jusqu’à l’heure de notre passage le samedi, la cellule n’avait pas encore enregistré de visiteurs. Est-ce à cause de la situation géographique ? Est-ce parce que les gens se disent qu’ils tiennent le coup ? On ne saura donner une réponse adéquate.

La nécessité de recourir aux services de prise en charge médico psychologique
Les Dr Désiré Nanéma et Flora Yaméogo, n’excluent pas la deuxième préoccupation. Pour eux, généralement les gens pensent qu’ils sont suffisamment forts et pensent qu’ils peuvent tout évacuer. Qu’à cela ne tienne, le Dr Nanéma estime qu’«  il vaut mieux s’approcher des professionnels pour leur parler et les écouter parce que ce que les uns et les autres ont vécu n’est pas un fait anodin  ». Le fait d’avoir vécu ces événements peut provoquer des troubles qui peuvent se révéler à travers un certain nombre de symptômes à court terme ou à long terme. Et le fait de prendre attache avec les professionnels pour la prise en charge psychologique permet d’exorciser un certain nombre de choses vécues au cours de l’attaque. Après la Patte d’oie, nous nous sommes rendus au CHU Yalgado Ouédraogo le dimanche 17 janvier 2016. Contrairement à la cellule d’urgence médico-psychologique de la Patte d’oie, à l’hôpital Yalgado Ouédraogo, le Pr Harouna Ouédraogo et son équipe ont reçu pas mal de visiteurs depuis les événements du 15 janvier 2016. Plusieurs personnes ont été reçues depuis lors et parmi elles, il y a des rescapés (environ une vingtaine selon le Dr Ouédraogo), des familles de victimes, etc. «  C’est toujours dans un état d’esprit de l’horreur vécue, de la barbarie qui a caractérisé ces événements, le caractère inhabituel, indicible et inexpliqué ajouté à la douleur que la plupart des personnes touchées se rendent à la cellule médio-psychologique du CHU-YO  » nous a-t-il laissé entendre. Pour avoir frôlé la mort de près ou le fait d’avoir assister à la mort de leurs proches de manière impuissante, ces personnes vivent une souffrance interne. D’où la nécessite de faire recours au service de prise en charge psychologique. C’est dans ce sens que le Pr Harouna Ouédraogo a lancé un appel «  aux personnes qui sont dans un état de traumatisme, de recourir aux structures de santé spécialisées pour leur prise en charge  ».

Wend-Tin Basile SAM

1 Témoignages recueillis sur http://www.fasozine.com/attaque-du-splendid-hotel-temoignages-de-victimes/


Commenter l'article (0)