Organisation des élections couplées : La CODEL dresse un bilan satisfaisant

Publié le mercredi 10 février 2016

La convention des Organisations de la Société Civile pour l’Observation Domestique des élections (CODEL) a déposé son bilan de sa surveillance des élections couplées du 29 novembre. Face à la presse ce lundi 30 novembre, les responsables de la structure ont dressé un bilan largement satisfaisant de la tenue du scrutin. Elle a par ailleurs confirmé le résultat de la CENI ce mardi 1er décembre à son QG.

Les organisations de la société civile ont décidé de la mutualisation de leurs projets de monitoring et d’observation des élections à travers la mise en place d’une plateforme pour un suivi harmonisé, proactif et citoyen du processus électoral. C’est ainsi que depuis le 3 juillet 2015 naitra la CODEL, creuset d’une centaine d’organisations et de coalitions d’organisations. La CODEL s’est assigné comme mission principale d’œuvrer pour un scrutin crédible et apaisé. Cette méthode qui est une première dans notre pays a fait ses preuves dans nombre de pays. De façon pratique, la CODEL a déployé environ 6 000 observateurs sur toute l’étendue du territoire national. Ces observateurs sont répartis en deux groupes. Des observateurs fixes ou piquets et des observateurs mobiles. Ces derniers avaient comme rôle d’alerter toute situation pouvant entacher la crédibilité et la sincérité des votes. Ce sont les informations collectées et transmises par ces derniers sur le terrain qui ont permis aux responsables de la CODEL de se forger une idée de l’ensemble du scrutin. Ces responsables ont élu leur quartier général dans un hôtel de la place où ils ont installé la situation Room ou salle de situation. Celle-ci recueille les informations émanant des observateurs, les traite et enclenche les actions nécessaires en vue d’apporter rapidement les correctifs idoines. Ces informations ont été ainsi remontées aux commissaires de la CENI aux niveaux central et provinciaux. Selon, les conférenciers, les commissaires de la CENI ont aussitôt pris les décisions appropriées pour le règlement des dysfonctionnements. De façon concrète, la CODEL a reçu à travers la situation room, plus d’une trentaine d’incidents et de dysfonctionnements plus ou moins importants qui ont été résolus à travers la Chambre de Décision. Toutes les fois qu’un problème important est identifié, il est automatiquement signalé à la CENI qui a toujours répondu en apportant les correctifs requis. A en croire les conférenciers, tous les cas de dysfonctionnements rapportés à la CENI, ont pu avoir des corrections effectives. En outre, un délégué du Conseil Constitutionnel qui a été saisi par la Chambre de Décision, est intervenu pour régler une situation conflictuelle. Notons que la CODEL n’a pas été avare en mots pour relever des points de satisfaction. Les responsables de la structure ont salué le respect des procédures de vote dans une large proportion. Elle n’a pas manqué de souligner également des insuffisances mais qui n’ont pas eu d’effets dommageables sur la crédibilité du scrutin. Elle a alors formulé des recommandations à l’égard de tous les acteurs de la vie politique pour une meilleure tenue des scrutins à venir. Le président de la CODEL, maître Halidou Ouedraogo s’est félicité du climat pacifique dans lequel le scrutin s’est déroulé. Pour boucler la boucle, la CODEL a convié la presse ce mardi matin afin de décliner les résultats du scrutin présidentiel qui se sont révélés conformes à ceux livrés par la CENI.

Par Hamidou TRAORE

La CODEL, une première au Burkina

Dans le cadre des élections couplées présidentielles et législatives les organisations de la société civile burkinabè se sont regroupées autour de la Convention des Organisations de la Société Civile pour l’Observation Domestique des Elections (CODEL). Celle-ci regroupant 35 organisations, s’est voulu une plateforme pour un suivi harmonisé, proactif et citoyen du processus électoral.
Pour la phase des élections générales du 29 Novembre 2015, la CODEL, conformément à son ambition de promouvoir des élections transparentes, crédibles et apaisées, a déployé plus de 5.000 observateurs chargés d’envoyer directement les données des bureaux de votes observés par SMS et Application mobile. L’objectif de ces données étaient de fournir, pour la première fois dans l’histoire des élections au Burkina Faso, une vue globale du déroulement du scrutin en temps réel. Les observateurs ont permis aux organisations de la CODEL non seulement de savoir ce qui se passe sur l’ensemble du territoire, mais de réagir rapidement ou de signaler aux autorités concernées les cas de dysfonctionnements électoraux, de violences, de fraudes, de corruptions ou d’autres types de perturbations. Pour répondre à ces enjeux, la CODEL a mis en place une Situation Room Electorale afin de suivre le déroulement du scrutin. Installée à Ouagadougou, la Situation Room Electorale a été le quartier général de la CODEL. Elle a permis à la CODEL de coordonner la surveillance citoyenne des élections - en communication avec les responsables électoraux, les organes de gestion des élections, les forces de sécurité et les médias locaux et internationaux - et de faire des déclarations avisées sur le déroulement du scrutin.
Grace à sa plateforme BurkinaVote.com, la société civile burkinabè à travers la CODEL a eu un accès sans précédent aux données en temps réel sur les aspects importants du déroulement des opérations du vote, notamment l’ouverture des bureaux de vote, les opérations de vote, le taux de participation, l’heure de clôture, le dépouillement, et les résultats sans oublier les cas de violences, d’achats de vote, et des autres incidents critiques. La plateforme BurkinaVote.com s’est inspirée des expériences réussies du Sénégal, de la Sierra-Leone, du Mali et de la Guinée-Bissau.

BK


Commenter l'article (0)