Tahirou Barry : Une carrière politique prometteuse

Publié le mercredi 10 février 2016

La prédiction de Christian Boglo n’a pas eu lieu. Il n’y a eu ni bagarre mortelle post-électorale ni élection d’un jeune en tant que président du Faso, en l’occurrence Tahirou Barry, le candidat du PAREN. Mais ces élections couplées du 29 novembre ont eu aussi le mérite de révéler le crédit que nombre de Burkinabè accordent au jeune candidat du PAREN. Ces élections constituaient une a première du genre pour le jeune Barry. Les résultats de la présidentielle l’ont classé troisième après les deux poids lourds et avant même plusieurs opposants historiques du Burkina.

Une kyrielle de citoyens qui ont donné leur voix au PAREN nous ont livré les raisons de leur choix. Nous avons préféré scinder ces électeurs en deux groupes. Un premier groupe fonde ses raisons sur des bases qu’on peut qualifier d’objectives. Ainsi, ce groupe souligne l’originalité du programme fondé sur des valeurs. La condamnation sans réserve de l’homosexualité taxée d’animalité par Tahirou Barry a été sans contexte le marqueur de sa campagne. Ce ne fut pas un slogan de campagne mais un acte de volonté qu’il a matérialisé par le dépôt d’une proposition de loi sur la table du Conseil national de la transition (CNT). On se rappelle que des leaders religieux notamment islamiques étaient sortis de leur circonspection légendaire pour soutenir ouvertement la démarche de Tahirou Barry. Cette action a alimenté pendant longtemps les conversations des Burkinabè. L’ambassadeur américain s’était rendu au CNT pour s’enquérir du sort que les députés entendaient réserver à cette loi sur l’homosexualité. La position officielle du gouvernement américain est on le sait favorable à la liberté sexuelle. Ce geste avait inquiété les homophobes burkinabé qui y voyaient de l’ingérence. Dans cette ambiance, le PAREN et son leader Tahirou Barry sont apparus comme le rempart de l’ordre moral. L’indépendance et l’originalité idéologique du PAREN ont notamment été saluées par nombre de Burkinabé pour qui les autres surfaient sur des idéologies politiques importées. Selon eux, l’idéologie politique du PAREN a un contenu répondant « profondément aux aspirations de l’Homme africain et qui est conforme à ses valeurs ». Pour ces gens, ce fut la déception après les résultats de la présidentielle. Mais ils se disent toujours mobilisés pour ce parti pour les échéances à venir. Ils arguent aussi qu’ils ont choisi Tahirou pour son engagement sans concession et pour son intrépidité à dire la vérité. Un second groupe avance plutôt des raisons d’ordre subjectif. Comme le charme du candidat, son éloquence, sa religiosité, etc.
En allant à ces élections couplées, Tahirou Barry ne s’est pas fait d’illusions comme on pouvait le croire suite à la ‘prophétie’ du frère Christian Boglo. Il est allé au charbon pour persuader les électeurs de ce qu’il entend faire pour leur mieux être. Quand on lui dit que son score est considérable, Barry tempère et parle plutôt de score «  honorable  ». Il indique qu’il aurait bien souhaité être élu président «  pour engager son pays sur les chemins de la renaissance  » conformément aux idéaux de son parti. Il félicite cependant Roch Kaboré pour son élection et lui souhaite «  succès dans sa mission  ». Outre, le candidat du PAREN explique le score encourageant de son parti par trois raisons. D’abord le travail dès le lendemain de son investiture à Bobo-Dioulasso en 2014. Ensuite la volonté de réussir face à l’adversité. Enfin, «  la vision politique claire et crédible d’un Burkina réconcilié avec ses valeurs, d’un Burkina intègre, digne et prospère  ». Elu député, Tahirou assure qu’il mobilisera toutes ses forces dans le contrôle de l’action gouvernementale. Il indique qu’il restera à «  l’écoute du peuple pour traduire ses aspirations profondes et le défendre en tout temps et tout lieu  ».

Par Hamidou TRAORE


Commenter l'article (0)