Où dort Zida ?

Publié le jeudi 13 août 2015

Depuis ses démêlés avec ses anciens frères d’arme, Zida qui est sorti dépouillé (prérogatives et crédibilité) du dernier bras de fer avec ses anciens frères d’armes n’aurait plus de domicile fixe.

A certains de ses proches, Zida a confié la complexité de la situation qu’il vit. Il aurait parfois pensé à démissionner, mais il aurait très peur pour sa vie. Il pense que le marocain de premier ministre est aujourd’hui son « assurance vie ». Il envisagerait même de voir avec l’éventuel gagnant de la présidentielle à venir, comment rester un temps au gouvernement, le temps sans doute qu’une décision du nouveau président règle le sort du RSP et éloigne des affaires militaires, ses frères ennemis, la hiérarchie actuelle du RSP.
Mais d’ici là, il se protège comme il peut. Selon une source introduite, Zida a décidé par mesure de précaution de se faire aménager une villa au camp de Paspanga. Au milieu des pandores qui étaient jusque-là sous la coupe de son obligé Auguste Denise BARRY. L’évolution des choses rend cette cache de moins en moins sûre.
- Le titulaire de la Sécurité a changé. Auguste Barry n’a plus en charge ce Département. Si pour l’instant le président Kafando a décidé de s’en charger personnellement, au regard des enjeux de la Sécurité, il n’est pas possible qu’il ne s’adjoigne pas au minimum un ministre délégué chargé de la Sécurité. La bataille s’est engagée autour de l’identité de ce probable ministre délégué. Les OSC, qui se considèrent comme les gardiennes de la morale insurrectionnelle, font pression, pour que le président nomme quelqu’un qui leur est proche, Germain Nama (lire ci-contre page…) rapporte le contenu d’une entrevue entre Kafando et le porte-parole du Balai Citoyen, Hervé Kam. L’autre camp, celui de l’armée, ne voudrait pas que cette nomination ressuscite un Zida, passablement dans le creux de la vague. Kafando avait promis qu’il trancherait la question à son retour de Malabo. Jusqu’à son départ pour Ndjamena (Tchad) et Nouakchott, (Mauritanie), le réaménagement technique du gouvernement promis, n’avait pas encore eu lieu. Le président Kafando prend, comme d’habitude, son temps.
- Le deuxième écueil, c’est que la hiérarchie de la gendarmerie n’a pas du tout apprécié le rôle que Zida/BARRY a voulu leur faire jouer dans l’histoire du faux complot du 28 juin 2015. Dès que Zida a atterri ce soir-là, à la base aérienne 511 de Ouagadougou, le ministre Barry a ordonné au chef d’Etat-major de la gendarmerie, (en même temps qu’il ameutait les OSC acquis pour faire du bruit au cas où…) de procéder sans tarder à l’interpellation des premiers responsables du RSP.
Le patron des pandores, intrigué, a demandé au ministre si le président Kafando était informé. Auguste Barry lui a répondu, non, en insistant pour qu’il s’exécute. Après concertation avec son adjoint, dans la nuit, le patron des gendarmes a décidé d’attendre le lendemain pour procéder aux interpellations, en suivant la procédure qui prévaut, quand un militaire doit être entendu. Cette prudence n’a pas plu au ministre Barry qui avait mis en branle le processus pour décapiter l’Etat-major de la gendarmerie. Informé, Kafando a ordonné de surseoir à tout changement à la tête des services de sécurité. C’est de cette sorte que le patron des pandores a sauvé sa tête. Il s’ensuit donc, que la planque au camp de Paspanga, n’a plus les mêmes garanties pour Zida.
Quoiqu’on dise c’est une fin de mandat assez problématique pour Zida. Kafando en décidant le gardé, ne lui pas renouvelé sa confiance. Il a dit que s’il garde Zida c’est en raison du « temps, très court, qui reste pour aller aux élections ». Autrement dit, si son premier ministre avait toujours sa confiance, le président l’aurait dit. Dans ces genres de circonstance, c’est la coutume. Dans les crises de ce type, le président renouvelle sa confiance à son premier ministre, une façon de maintenir l’autorité et le crédit de celui qui conduit l’action gouvernementale. Il faut souhaiter que la transition arrive aux élections.

Par Newton Ahmed Barry


Commenter l'article (1)