Lucarne Citoyenne n°307

Publié le vendredi 17 juillet 2015

Sapouy : le transfo cramé a été remplacé
Ils jubilent les commerçants et artisans de Sapouy. La panne de transformateur sur la ligne commerciale avait notablement ralenti leurs affaires. Depuis le week-end dernier, les choses ont été rétablies grâce à la diligence du Fonds de développement de l’électrification (FDE). C’est donc un transfo de 160 KVA qui vient ainsi d’être placé. La puissance du précédent n’était en effet que de 100KVA.
Cela ne dit sans doute rien aux profanes mais la puissance d’un transformateur permet de supporter la forte demande qui pesait sur les lignes qui transportent l’énergie. Mais attention, il faudra cependant selon les spécialistes, veiller à ce qu’il y ait une répartition équitable de la charge sur les trois lignes de desserte qui partent de ce transfo. Autrement, les mêmes causes risquent de produire les mêmes effets. La leçon semble bien avoir été comprise par les responsables de la Coopérative d’électricité (coopel) qui a en charge l’exploitation du réseau. Ils ont en effet immédiatement instruit le fermier pour ce faire ! Qui est fou ? Les plaintes des clients étaient telles que personne ne veut revivre une telle situation.

Les morts de Goundam n’ont pas bénéficié de l’attention requise !
Ni Kafando ni Zida n’ont effectué le déplacement de Tombouctou à l’annonce de l’attaque terroriste au cours de laquelle six de nos compatriotes ont perdu la vie. Et pour cause, la vie nationale est tellement volatile que l’événement n’a pas eu la considération qu’il aurait fallu en pareille circonstance. Selon certaines sources, le PM avait voulu envoyer une mission au Mali mais s’est ensuite ravisé sans explication. Evidemment, ce vide d’explication est occupé par la rumeur qui croit pouvoir relayer les sourds ressentiments des familles des victimes mais aussi de la partie malienne. Si du côté des familles la frustration semble être le sentiment le mieux partagé (les victimes ne seraient pas de hauts gradés, sinon les choses se seraient passées autrement), du côté de la partie malienne, c’est le manque d’expérience des autorités burkinabé qui est avancé comme une probable cause. Nul doute que la crise passée, MBa Michel reprendra les choses en main, d’autant qu’en la matière, on peut compter sur lui.

On reparle d’Ablassé le « gaffeur »
Après sa malheureuse sortie sur ses prétendus atouts pour Kosyam, le revoilà sur la brulante question du RSP. En un tour de main, il a scellé le sort de Zida, en laissant entendre que si l’armée ne lui fait plus confiance, il appartiendra à MBa Michel de l’enlever afin qu’on passe à autre chose. C’est donc si facile ? Evidemment, certains y ont vu un retour d’ascenseur à MBa Michel grâce à qui il a pu éviter de passer un week end dans les locaux de la police. Interpellé à la suite de sa fameuse déclaration sur ses atouts, les hommes à Barry l’avaient laissé languir sur un banc, usant du dilatoire pour le faire attendre. N’eût été l’intervention de MBa Michel prévenu depuis Bruxelles où il était en visite, Ablassé aurait passé week end dans les locaux sans étoile de la police. Est-ce cela qu’il entend faire payer à Zida et à ses fidèles ? Certains ont vite franchi ce pas en faisant passer Ablassé pour un vulgaire revanchard qui met son ego avant la stabilité et la paix du pays. L’on se demande parfois si nos diplomates ont bien appris de la diplomatie !

Braquage sur la nationale 6 Ouaga-Léo
Les malfrats ont encore sévi ce lundi 7 juillet aux environs de 7h du matin sur l’axe Sapouy-Léo, à hauteur de la stèle Norbert Zongo. Trois véhicules ont été braqués et fouillés, les occupants délestés de leurs espèces sonnantes. Un tractoriste qui se rendait à Sapouy pour réparer la roue de son tracteur a voulu forcer le barrage. Il a été froidement abattu. Alertés, les éléments de la brigade ville de Sapouy se sont rendus sur les lieux. L’intervention a eu comme conséquence d’abréger les fouilles, mais elle n’a pas permis l’arrestation des malfrats qui se sont enfuis avec les motos de passants qu’ils auraient arrachées sous la menace de leurs armes. Les pandores seraient partis à leur poursuite mais nous ne disposons pas encore du bilan de la traque.


Commenter l'article (1)