Etalons : Bertrand Traoré, une étoile scintillante

Publié le mardi 7 juillet 2015

Bertrand Traoré incarne aujourd’hui l’espoir du football burkinabè. Le jeune prodige de 19 ans vient d’obtenir son permis de travail ce qui lui ouvre la voix royale pour revenir en Angleterre et y jouer sous les couleurs de son club Chelsea. Le coach du club londonien, le très célèbre Josué Mourhino déjà très intéressé par le profil du joueur burkinabè a vite déclaré «  je pourrais enfin travailler avec lui  ». C’est une preuve que le cadet de Alain Traoré est attendu. Comment pouvait-il en être autrement, sa saison dans le championnat hollandais a été fabuleuse. A son compteur personnel 17 buts et 7 passes décisives en 36 matches, il a été le fer de lance de l’attaque du club hollandais en 2014/15. Formant un duo redoutable avec le Marocain Zakaria Labyad, il a largement contribué à la qualification de son club pour la prochaine Europa League. Mais en sélection aussi, il a pris ses galons. Titulaire à plein temps, il a rapidement multiplié son nombre de sélections. Car pour que Chelsea puisse lui trouver son permis, les textes de la fédération anglaise de football disposent que le garçon devait jouer tous les matchs de la sélection nationale A de son pays sur les trois derniers mois qui précèdent la demande du permis de travail. En fait, c’est une disposition qui intéresse les olympiques. Bertrand Traoré a rempli cette condition. Et son permis lui a été délivré. Mais une chose est de disposer du permis, une autre est de trouver sa place au sein de cette équipe de Chelsea avec son chapelet de stars. Il est vrai que le coach Mourhino le veut, il est aussi vrai que le gamin bourré de talent a muri. Il peut donc caresser le rêve de bousculer la hiérarchie au sein d’une formation où il trouvera à son poste préféré, attaquant axial, des garçons forts expérimentés comme Loy Rémy, Diégo Costa,et peut-être Falcao. S’il est positionné sur le flanc droit, il devra aussi faire asseoir soit William, Cuadrado ou Eden Hazard !
Mais la jeune pousse du football burkinabè n’en a cure. «  Je n’ai pas peur de concurrence avait-il déclaré » à notre confrère de RFI qui croyait l’effrayer en évoquant la difficulté qui l’attendait là-bas. Une certitude, malgré sa brillante saison à Vitesse d’Arnhem en Hollande, son retour au sein du club londonien n’est pas un acquis. Déjà, l’éventualité d’un prêt ou d’un échange n’est pas à écarter. Mais le garçon, vu son jeune âge mais surtout son talent incarne, l’espoir de Chelsea qui doit être en train de réfléchir de fort belle manière entre le conserver et le laisser partir. Mais de ce côté, le jeune Etalon doit aussi faire un bon choix. Entre rester sous les couleurs de Chelsea et ne plus avoir le temps de jeu et partir dans un club moins prestigieux et être utilisé à plein temps, la réflexion est ouverte. Toutefois, il n’est pas évident qu’il soit maître de son destin. Il appartient à Chelsea. Et le champion d’Angleterre peut en faire ce qu’il veut. Libre à lui de conserver ou de le laisser partir. Le club a le dernier mot hélas. Déjà, Bertrand Traoré qui a écourté ses vacances va embarquer avec son club pour la tournée estivale aux USA où il pourra prendre part à des matchs tests contre des clubs comme New York Red Bulls, le FC Barcelone et le PSG. C’est à ce niveau que l’international burkinabè pourra dire son mot. Et on se souvient, l’année passée, le garçon avait fait forte sensation lors de la tournée préparatoire de la saison de Chelsea. Il avait mystifié plus d’un avant que le manque de permis de travail ne le disqualifie. Cette fois-ci, cette dernière contrainte n’existe plus. Alors, Bertrand Traoré, précocement mature et très bien éduqué saura saisir sa chance. Le Burkina entier compte sur lui !

J J Traoré


Commenter l'article (5)