Lucarne Citoyenne n°306

Publié le vendredi 17 juillet 2015

Cassou et Matiacoali auront bientôt l’électricité

Il ne s’agit pas d’un serpent de mer mais ben d’une réalité qui verra jour dans les mois à venir. Ces deux localités bénéficieront en effet d’une couverture électrique à partir de technologies basées sur la valorisation d’énergies renouvelables. A Cassou comme à Matiacoali il est question de la construction de centrales hybrides qui produiront de l’énergie à partir du biomasse et du diesel. La combinaison des deux combustibles vise à produire de l’électricité moins cher. La grande nouvelle, c’est qu’à partir de la centrale de Cassou, une trentaine de localités environnantes bénéficieront également de l’électricité. De même, 13 localités à proximité de Matiacoali seront également desservies. Sur l’ensemble des deux projets, ce sont environ 120 000 personnes qui bénéficieront de l’électricité directement (31 000), indirectement (89 000). A cela s’ajoutent 600 activités socio-économiques dont 86 écoles/collèges/lycées, 13 centres de santé, 16 systèmes d’adduction d’eau potable. Selon nos sources, les travaux vont commencer les prochains jours, le premier déblocage des financements ayant déjà été effectué. L’événement est d’autant plus important qu’il s’agit de zones qui ne faisaient pas partie d’une programmation à court terme. Vivement que les populations de ces zones s’organisent pour offrir un répondant sur place. C’est la meilleure façon d’assurer le suivi du projet et même d’en garantir l’heureux aboutissement.

Un transformateur électrique cramé à Sapouy

Voici plus d’une semaine qu’un transformateur électrique a prit feu à Sapouy. Dans les premiers moments, on a assisté à un jeu de ping pong entre Sonabel Ouaga et l’unité basée à Léo sur à qui incombait la responsabilité d’intervenir. Une bien mauvaise querelle quand on sait qu’à Léo, il n’y a qu’un service commercial. A Ouaga, le FDE en charge des coopératives d’électricité rurale dit ne pas disposer de transformateur dans ses stocks. Le recours à la Sonabel ne semble pas plus heureux puisque là-bas aussi on dit ne pas en avoir. Alors, que faut-il faire quand la chose urge. D’autant que la zone concernée englobe le centre commercial et le marché de Sapouy. Alors que les Sapouyais s’enorgueillissaient de l’arrivée de la Sonabel après la galère qu’ils ont connu avec les générateurs, ils n’ont pas mis longtemps à vivre les délestages sévères du réseau national. L’affaire du transformateur vient en outre rappeler que ne pas avoir un service de maintenance de proximité est un véritable handicap. Décidément le sous-développement est une maladie !

Fraudes au Baccalauréat
Par communiqué en date du 22 juin 2015, le Président de l’Université de Ouagadougou a informé les candidats au baccalauréat série G2 de la reprise de l’épreuve de mathématiques générales sans en donner la raison.
Il semblerait que c’est en voulant insérer le corrigé de l’épreuve de mathématiques dans sa copie qu’une candidate a été surprise par l’un des surveillants dans le centre du lycée Bangré Yidia. De source proche des candidats au baccalauréat, les séries BAC D, BAC F4 et BAC G2 seraient concernées par la fraude qui aurait même commencé dans l’épreuve de comptabilité générale du BAC G2. Selon les rumeurs, le sujet de comptabilité aurait circulé avant le jeudi 18 juin, premier jour de l’examen. La récurrence de la fraude aux examens amène à s’interroger si on pourrait un jour juguler le mal au regard de l’ingéniosité des fraudeurs à contourner le dispositif sécuritaire. Peut-être faudra-t-il mettre à contribution les savoirs locaux de nos ancêtres en vue d’accroitre la dissuasion. Ça vaut la peine d’essayer.


Commenter l'article (3)