VIe Congrès du CDP : Chaudes retrouvailles sur fond d’incertitudes

Publié le samedi 16 mai 2015

Ils étaient visiblement heureux de se retrouver. Après le « tsunami » qui les a contraints à se replier, le moment est arrivé pour le CDP de compter ce qu’il leur reste de militants. Le mot d’ordre de l’heure c’est la cohésion afin d’être en capacité de faire face à la bourrasque. Ce samedi 9 mai, la chaleur des retrouvailles était enivrante. Devant un palais des sports plein comme un œuf, les responsables du parti avaient de bonnes raisons de se congratuler. Quelques ténors étaient là : Luc Tiao, dernier premier ministre de Blaise Compaoré, Jean Bertin Ouédraogo, ancien ministre des Infrastructures, Jérôme Bougouma, ancien ministre de l’Administration Territoriale, Arsène Bongnessan Yé, durement éprouvé lors de l’insurrection, mais aussi Juliette Bonkoungou, la vedette du jour, Achille Tapsoba. On aura aussi remarqué l’absence de Assimi Koanda, de Alain Yoda, de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Soungalo Apollinaire Ouattara et de bien d’autres caciques du parti.

La mobilisation était celle des grands jours. Le parti a mis les petits plats dans les grands pour relever le défi de la mobilisation. Après l’insurrection et la fuite de leur mentor, il fallait à tout prix montrer que le parti est toujours debout, malgré les destructions des biens de responsables et malgré les poursuites en cours contre des militants. A voir les mines réjouies, on eût dit que tous étaient surpris par l’ampleur de la mobilisation. Pas moins de 4000 délégués. Le compte est donc bon et le moral au zénith.
A l’animation, il y avait l’inévitable, l’inénarrable Ambroise Tapsoba, l’homme aux formules incantatoires. Comme à son habitude, il a tenu en haleine les 4000 délégués qui lui répondaient par moments par des stands ovations avec renforts de vuvuzelas. Les héros du jour étaient incontestablement Blaise Compaoré dont le seul prononcé du nom emportait des applaudissements nourris. Mais aussi Juliette Bonkoungou dont l’interpellation à la gendarmerie à la veille du congrès a fait d’elle la pasionaria du parti, célébrée au palais des congrès comme une véritable héroïne.
Côté invités, on notait la présence des partis de la galaxie majoritaire : l’ADF /RDA représenté par Me Bouba Yaguibou, Issa Balima, de l’Union des Forces du Changement, Emile Kaboré du RSR, le colonel Yac était aussi présent. Ce sont les deux premiers cités qui ont pris la parole au nom des partis amis. Remarquable aussi la présence des chefs coutumiers très visibles aux bonnets qu’ils arboraient.
Par contre, certaines personnalités qui ont bruyamment accompagné le CDP dans le processus de révision de l’article 37 telles que Hermann Yaméogo, Ram Ouédraogo ou encore Abel Toussaint Coulibaly n’ont pas, sauf erreur, été aperçues dans la cuvette du palais.
Dans son discours de bienvenue, le secrétaire général de la section du Kadiogo n’a pas manqué de saluer la « présence massive des camarades ». Il a surtout décliné les sujets qui vont occuper les travaux du congrès. Il s’agit entre autres notamment : de la vie du parti, des méthodes de travail et de direction, « des enseignements à tirer de tout ce passé récent pour être plus fort et plus dynamique »
Il a en outre dénoncé les faits d’ «  intolérance et d’exclusion  » que connaît le «  processus de transition dans son évolution  ». Faits parmi lesquels il cite «  la récente adoption d’une loi électorale qui exclue tous ceux qui se sont exprimés positivement pour la modification de l’article 37 de la Constitution  » ; les «  interpellations et arrestations des militants politiques bien ciblés sans respecter les procédures judiciaires idoines  » ; «  les menaces d’interrompre les activités du parti sous le couvert de trouble à l’ordre public  » ; etc. Concernant la nouvelle loi électorale, le CDP entend entreprendre des actions judiciaires au plan national et sous régional pour rendre cette loi inopérante.

Par Hamidou TRAORE

Juliette Bonkoungou, la superstar

Les journalistes se bousculaient pour arracher quelques mots à la « vedette » du congrès, Juliette Bonkoungou. Voici ce qu’elle a dit.

Comment appréciez-vous ce congrès ?

« C’est le congrès qui doit relever le défi de l’unité et de la cohésion, de la détermination aussi parce que être un grand homme, ce n’est pas de ne jamais tomber mais c’est savoir se relever lorsqu’on tombe. Le CDP est un grand parti qui travaille à se relever, donc c’est avec joie que nous avons retrouvé nos militants et nous disons qu’Inch Allah le Burkina Faso ira de l’avant.

La jeunesse réclame sa place…

Vous savez chacun de nous a été jeune ! Et je pense que la jeunesse doit conquérir sa place. Le pouvoir ne se donne pas, le pouvoir se conquiert. De ce fait, la jeunesse doit travailler à être politiquement au fait (c’est-à-dire pouvoir assurer la relève : NDLR) pour nous remplacer. C’est ce que nous-mêmes nous souhaitons parce que nous n’avons plus notre verdeur d’avant et si on peut les voir continuer nos œuvres, c’est ce qu’on demande parce qu’on dit que le succès sans successeur est une défaite. Donc, contrairement à ce que les gens pensent nous estimons que la jeunesse a toute sa place mais vous savez quand vous vous battez, les choses viennent d’elles-mêmes. Ce que je regrette c’est un certain émiettement des organisations de jeunesse. Je disais à un groupe de jeunes qui est venu me voir qu’être leader ce n’est pas simplement pouvoir s’imposer dans un groupe mais c’est savoir rassembler un ensemble. Donc on attend à notre niveau s’ils savent se rassembler, s’ils savent faire des propositions qui tiennent, ils seront entendus.

Vous avez été auditionné hier (vendredi 08 mai) par la gendarmerie pour quelle raison ?
Ce sont des raisons qui doivent rester entre la gendarmerie et moi. Je ne pense pas que c’est des raisons que je dois communiquer.

Un commentaire au moins

Je ne suis pas une citoyenne au-dessus des lois. S’il y a des inquiétudes, on doit pouvoir m’interpeller et m’entendre. Mais bon ! Si je n’ai rien fait aussi c’est normal qu’on me laisse partir. Et je suis là avec vous ce matin.

Propos recueillis et retranscrits Par HT


Commenter l'article (38)