Marchés publics : Quand une entreprise défaillante continue de rafler la mise !

Publié le samedi 25 avril 2015

PNG Selon les résultats provisoires des appels d’offres publiés dans La Revue des marchés publics du 5 mars 2015, le Groupement CINCAT-AIC est attributaire dans le marché de l’étude de faisabilité du futur Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Ouagadougou. Or c’est cette même entreprise qui, en 2013, avait réalisé l’étude de faisabilité pour la construction de l’hôpital du district du secteur 30. En son temps, l’infrastructure n’avait pas été réceptionnée parce que jugée non fonctionnelle. Sans même que les responsabilités ne soient situées, revoilà cette entreprise sur le nouvel CHU de Ouagadougou !

« Au titre du ministère de la santé, le conseil a adopté deux (02) rapports. Le premier rapport est relatif aux actions entreprises pour le déménagement du centre hospitalier universitaire Yalgado OUEDRAOGO (CHU-YO) au CMA du Secteur 30. Ce déménagement rencontre d’énormes difficultés liées en partie à la faiblesse des études architecturales et d’ingénierie. Les travaux sont à un taux de réalisation de 60% et ont permis de dégager une capacité théorique d’hospitalisation de trois cent cinquante-sept (357) lits, nettement en deçà des sept cent cinquante (750) lits, capacité actuelle du CHU-YO. Le conseil a instruit le Ministre en charge du dossier de prendre toutes les mesures en vue de réaliser un audit pour situer les responsabilités face aux graves dysfonctionnements dans l’exécution des études (…) ». Cet extrait du compte rendu du conseil des ministres du 6 mars 2013 mettait précisément en cause l’entreprise CINCAT-AIC qui avait réalisé les études de faisabilité.
Rappel. Les travaux de construction de l’hôpital du district du secteur 30 avaient été lancés le 26 octobre 2010 par le premier ministre d’alors, Tertius Zongo, en compagnie de l’ancien ministre de la santé, Seydou Bouda. Le délai d’exécution avait été fixé à 10 mois. L’ouvrage devait être réceptionné en septembre 2011 mais il ne l’a été que 3 ans plus tard, en novembre 2014. D’un coût total estimé à 15 milliards, le projet a finalement été exécuté à 17 milliards selon d’autres sources. Le marché a été passé en procédure accélérée, le ministère de la santé ayant avancé la thèse de l’urgence. Or, selon les spécialistes du domaine, le maître d’ouvrage est certes libre de choisir sa procédure, mais un projet d’architecture de cette importance doit faire l’objet d’un concours international. L’espoir suscité par la construction de l’hôpital du district du secteur 30 a vite tourné au mirage. De nombreuses failles techniques ont émaillé la construction de l’ouvrage. Notre confrère Le Reporter, dans une enquête sur le Déménagement de l’hôpital Yalgado au secteur 30 : les dessous d’un projet aux allures d’une vaste arnaque publique, avait déjà dénoncé ces manquements. Des portes ont été transformées en fenêtres et vice-versa. Le bâtiment R+1 devant abriter l’imagerie médicale avait fait l’objet d’un litige au point que sa réception n’avait pas été effectuée.
Malgré toutes les failles techniques relevées dans la conception architecturale de l’infrastructure, il est tout de même curieux que le groupement CINCAT-AIC ait été retenu dans l’appel d’offres pour la réalisation des études de faisabilité du futur CHU de Ouagadougou dont la construction est prévu au Nord de Ouagadougou, route de Ouahigouya. Le projet coûterait entre 40 et 50 milliards de Francs CFA. Il semble bien que l’audit commandé par le gouvernement a été réalisé mais nos efforts pour l’obtenir ont été vains. Même le ministère de l’économie et des finances qui a en charge le dossier n’a pas pu nous donner la moindre. Si un tel audit est disponible que dit-il des «  responsabilités face aux graves dysfonctionnements » relevés par le conseil des ministres du 6 mars 2013 ?
Qu’en est-il de la responsabilité de CINCAT-AIC ? On s’étonne qu’après le 30 octobre 2014, une telle opacité continue d’entourer les marchés publics, rendant difficile le contrôle citoyen.

Par Gaston SAWADOGO


Commenter l'article (3)