Poussée de fièvre à Sapouy dans le Ziro

Publié le lundi 7 mai 2012

On a manqué de descendre dans la rue le vendredi 13 avril dernier à Sapouy. Dans une lettre adressée au Haut commissaire, des jeunes en colère ont dit leur amertume de voir leur province ainsi délaissée. Le choix du moment n’est peut-être pas un hasard car en ces temps de canicule, les esprits sont vite surchauffés. Au demeurant, parmi les préoccupations exprimées au haut commissaire, figure l’énergie dont est privée la capitale provinciale voilà plus de trois mois. Après une phase de rationnement drastique, c’est la totale depuis l’arrêt des deux machines qui alimentaient la ville. Une situation intenable qui a sans doute favorisé la remontée d’autres préoccupations. Comme l’adduction d’eau introuvable malgré la promesse faite depuis plus de cinq ans, l’impossibilité d’accès aux médias nationaux comme la radio et la télé, la persistance d’écoles publiques en paillotes etc…Pourquoi donc ce délaissement, se demandent ces jeunes visiblement remontés ? Est-ce par ce que leur province n’est pas viable ? Que nenni répondent-ils, en désignant les potentialités agricoles et dans le domaine de l’élevage. La province est aussi de plus en plus en pointe dans la production fruitière et de légumes. Et alors ? Que faut-il de plus pour ne pas être les laissés pour compte du développement national ? Le haut commissaire qui a reçu les responsables des manifestants aurait promis d’agir diligemment afin que les problèmes soumis puissent connaitre un début d’exécution. D’accord pour un sursis à la manifestation promettent-ils, mais passée la date butoir, ils jurent de remettre ça.

 


Commenter l'article (3)