Lucarne Citoyenne N°289

Publié le mercredi 22 octobre 2014

 Affaire juge Nébié

Où en est-on avec le dossier Nébié ? Quatre mois après la disparition du juge constitutionnel, toujours aucune certitude quant aux causes réelles de sa mort. Pour l’opinion publique cependant, les présomptions sont fortes quant à son assassinat.

Quant au scénario, chacun y va de son imagination et de ses certitudes. Certains croient savoir que le malheureux juge a fait une virée du côté de Kosyam avant d’être conduit à l’endroit où il a été découvert sans vie. Il nous revient que ce jour là, quatre bidasses étaient de faction à la guérite présidentielle.

Peut-être en savent-ils quelque chose ? Sans rien en préjuger, les enquêteurs gagneraient à regarder de ce côté-là. Il pourrait y avoir quelque chose à glaner. Et là, il faudrait presser le pas car à en croire une rumeur persistante, les quatre bidasses seraient tous présentement en formation non loin de Ouaga, en vue d’une mission de paix à l’extérieur. 

C’est sûr que la perspective du prochain voyage n’arrange pas les choses car les quatre bienheureux élus pourraient être tentés par l’omerta, voire la dénégation, histoire de ne pas compromettre ledit voyage. Comme on le sait, les missions à l’étranger sont très convoitées malgré les risques qui sont inhérents. Toutefois quand tout va bien, les bénéficiaires ont là un moyen sûr de se construire un toit et d’améliorer leurs conditions de vie.

Le juge Arnaud prend congé de la magistrature

Le magistrat écrivain Arnaud Ouédraogo vient d’être libéré de ses obligations contractuelles vis-à-vis de l’Etat. Arnaud Ouédraogo, c’est ce magistrat discret sans vraiment l’être (peut-on être discret quand on est écrivain !) qui officiait dans le cabinet de dame Damiba Béa, justement en qualité de directeur de cabinet. Il avait remplacé Alain Edouard Traoré devenu ministre.

Ces derniers temps la presse a tissé des lauriers pour la présidente de l’institution, mais Arnaud Ouédraogo était un des hommes de l’ombre grâce à qui le brillant magister de Béa a été possible. Eh bien, ce jeune magistrat aux talents multiples ira bientôt renforcer le barreau. C’est le nouveau challenge qu’il s’est fixé. Quand on connaît le profil de ce monsieur, on peut être sûr que le barreau se trouvera renforcé par un défenseur fervent de la justice et du droit.

Il faut espérer qu’il ne soit pas complètement obnubilé par la tâche et qu’il aura encore le temps de se consacrer à la production juridique. C’est en effet grâce à ses écrits que de nombreux profanes ont appris et continuent d’apprendre des rudiments de la matière juridique dont on connaît la nature ésotérique. Bon vent au futur avocat !

Médias : Silence radio autour des résultats de la subvention d’Etat !

Comme de nombreux observateurs, nous avons attendu en vain la publication des résultats de la subvention 2014. Et pourtant, celles-ci sont disponibles depuis la première quinzaine du mois de septembre. Par des coups de fil discrets, les lauréats sont invités à passer récupérer leur enveloppe.

Evidemment par ce procédé, seuls les introduits ont la primeur de l’information. Ce sont les organisations de la presse qui sont censées regrouper les différents organes qui ont la charge de porter l’information. Reste à savoir si ces dernières s’en acquittent convenablement. Mais le vrai problème, c’est cette absence de publicité médiatique.

Pas du tout à l’honneur d’une corporation qui fait du droit à l’information sa devise. A-t-on estimé que la publicité sur les résultats de la délibération est nocive ? Si oui, plutôt que d’observer un silence radio, on peut au moins informer les candidats des voies par lesquelles les résultats devront être transmis !


Commenter l'article (1)