Qu’ont-ils fait les palestiniens ?

Publié le lundi 4 août 2014

Le monde est-il encore capable de s’indigner ? Apparemment non ? Les pauvres palestiniens sont abandonnés à leur triste sort. Le droit à la sécurité d’Israël est au dessus de tout sur cette terre des hommes.

Alors l’Etat hébreu peut faire pleuvoir des bombes sur les palestiniens, massacrer des familles entières, raser des quartiers, il est dans son bon droit. Au nom de l’équité chacun s’arrange pour renvoyer dos à dos le gouvernement israélien et le Hamas.

Que les roquettes épisodiquement lancées, cessent sinon, Israël peut continuer à massacrer les civils, les femmes et les enfants. Une fausse symétrie entre belligérants.

Qui peut dire au regard de la disproportion des moyens militaires que Israël et le Hamas sont à égalité ? Ce n’est pas de toute façon Israël qui les tue. C’est le Hamas qui se sert d’eux comme d’un bouclier humain. Or Israël dans son droit à la sécurité ne sait pas discerner.

Quand il doit frapper, il frappe peu importe qui se trouve où ses coups atterrissent. Or justement c’est parce que Israël a un droit incontestable à la sécurité qu’il ne doit pas nier le droit légitime des palestiniens, eux aussi, à la sécurité et à la dignité. Mais tout se passe comme si l’Etat hébreu avait reçu une licence de tuer.

 Les opérations se suivent et se ressemblent. Après « Plomb durci » voilà « bordure protectrice ». Le seuil de satiété en sang d’Israël est au moins de 1000 tués.

A la date du 24 juillet on en était à 700 palestiniens tués. Dans quelques jours quand le seuil aura été atteint, Tsahal se retirera de Gaza en attendant un prétexte pour y revenir encore.

Pour le gouvernement de Netanyahou, le Hamas est une organisation terroriste. Or dans son cabinet se trouve un certain Avigdor Lieberman, raciste et extrémiste dont le credo c’est exterminer les palestiniens.

Cette guerre en vérité on la voyait venir. Netanyahou ne veut pas d’un Etat palestinien vivant à côté d’Israël. Alors quand le Hamas et le Fatah se sont rapprochés, Netanyahou a vu rouge et a sommé Abbas de dénoncer le rapprochement.

Dès lors qu’il n’a pas obtenu gain de cause, il ne lui restait plus que la guerre. Une guerre pour empêcher que les palestiniens se rapprochent. Pour l’Etat hébreu, le Hamas doit demeurer confiné à Gaza et le Fatah en Cis Jordanie.

Ainsi divisés, ils n’auront jamais les moyens de construire un Etat viable. Israël pourra dans ce cas de figure jouer les gendarmes et le père. Sauf que Netanyahou s’est vraiment trompé cette fois. Cette guerre dénommée, « bordure protectrice », risque fort bien de déconstruire pour toujours la digue entre palestiniens.

C’est vrai que les palestiniens de Cisjordanie n’ont pas vraiment bougé et n’ont pas solidarisé outre mesure avec les gazaouis. Mais la tournure que la guerre est en train de prendre va contribuer à fragiliser encore plus Netanyahou et son gouvernement. C’est certains qu’ils n’en sortiront pas indemnes de cette horrible guerre.

Que dire des africains ? L’UA est muette, alors que les palestiniens sont membres associés de l’organisation. Les Etats individuellement ont d’autres chats à fouetter. Les citoyens africains considèrent la Palestine comme une terre du bout du monde. C’est dommage. 


Commenter l'article (0)